Before Post Content
Accueil » K40 : Remplacement du potentiomètre de base par un multitours de précision

K40 : Remplacement du potentiomètre de base par un multitours de précision

Before Content

Une petite modification simple et peu couteuse qui améliore l’usage de la machine.

Loin d’être prioritaire mais ayant reçue le matériel avant d’autres pièces plus utiles, j’ai profité d’un peu de temps disponible.

Selon mon habitude vous avez une version à lire dans l’article et la possibilité de charger le pdf et le document Word.

Comme tout ce que je produis la licence est Creative Commons by sa, c’est à dire que vous pouvez réutiliser, partager, modifier à condition de citer l’auteur 😉

K40 : Remplacement du potentiomètre de base par un multitours de précision.

Le potentiomètre installé de série sur la découpeuse K40 permet un réglage approximatif de la puissance par lecture de la valeur sur le milliampèremètre. Il faut parfois jongler sur de très petites fractions de tour pour avoir la puissance désirée. De plus, il manque par exemple des graduations pour avoir une répétabilité d’une gravure ou d’une découpe à l’autre. J‘ai prévu de me faire des tableaux selon les matériaux où je préciserais les paramètres des matériaux que j’utilise. Je compte naturellement préciser la puissance utilisée, mais je ne souhaite pas devoir faire des tâtonnements pour régler la machine. Le potentiomètre sera muni d’un bouton compte-tours.

Il existe ne nombreux tutos notamment sur YouTube plus un certain nombre de documents, mais je trouvais intéressant de documenter en texte et photos l’opération que j’ai réalisée et de vous en faire profiter.

Le matériel

Outils

  • Pince coupante,
  • Fer à souder
  • Clés plates (13 et 14)
  • Clés à pipe de 12 à tête fine ou pince à longs becs plats
  • Briquet, décapeur (pour la gaine), je déconseille la pane du fer qui ne fait pas une bonne rétraction.

Compétences

Soudure électronique de base (en fait juste savoir souder des fils sur des broches).

La procédure

Avant tout débrancher la machine.

État d’origine


Un potentiomètre « standard », j’avais mis un post-it pour repérer la bonne position.

À l’intérieur un montage pas mal fait pour du chinois d’entrée de gamme, des cosses et correctement isolées, on reviendra un peu plus loin sur celles-ci.

Une habitude, avant de démonter un post-it avec le repérage des broches et de la couleur des câbles.

Démontage

Le bouton est serré par un écrou à son extrémité supérieure, il faut (avec l’ongle ou un outil fin) enlever le capuchon qui cache cet écrou

On desserre avec une clé à pipe si on en a une avec une tête assez fine, moi j’ai utilisé une pince plate à longs becs.

On trouve en dessous l’écrou de fixation (du 14), on enlève et le potentiomètre doit partir par l’arrière. On termine par débrocher les fils.

Installation

On va commencer par tourner l’axe du nouveau potentiomètre jusqu’en butée dans le sens antihoraire pour le mettre à zéro (mais en fait résistance maximale pour avoir le courant le plus faible).

Je conseille d’avoir la pièce en dehors de la machine pour étamer les broches, c’est plus accessible.

À ce moment vous allez dire, mais on a des cosses ! Oui, mais les broches sont beaucoup plus petites que les cosses et elles tiennent à peine. Donc on va souder.

Remarque : À terme je vais remplacer la quasi-totalité des cosses par des soudures. C’est particulièrement important pour le potentiomètre, en effet des cosses qui se desserrent, qui s’oxydent… et la résistance change donc la puissance aussi. De plus par principe dans un appareil soumis à des vibrations je préfère souder. Ne croyez pas que les broches partout dans votre machine sont un signe de qualité, c’est juste moins cher de préparer à la chaine des faisceaux de câbles avec des cosses que de devoir souder les connexions. Dans ma machine il y a de la colle à chaud pour bloquer les connexions, c’est une assez bonne solution. Sauf que dans mon engin elle est mise n’importe comment et ne fait pas son office à plusieurs endroits 😉(le contact du dos de ma main a permis à un des câbles du « Test Switch » de se débrocher et j’ai bien cherché une minute pourquoi cela ne marchait pas lors des tests).

Maintenant on place le potentiomètre dans son trou (positionnez les broches dans une position où vous serrez à l’aise pour les souder), et on le fixe avec dans l’ordre :

  • La rondelle noire avec son encoche approximativement dans la position montrée sur la photo, c’est ce qui va fixer l’emplacement de la fenêtre d’index du bouton compte-tour. Pour moi en haut.
  • La rondelle éventail (qui empêche le desserrement).
  • L’écrou (clé de 13 inutile de serrer comme un malade)

Maintenant on peut régler le compte tour à zéro et le positionner, son ergot doit entrer dans l’encoche de la rondelle noire. On termine en serrant avec la clé 6 pans fournie.

Passons à l’intérieur.

À noter que pour ceux qui préfèrent la soudure des connexions aurait pu être faites avant la fixation du potentiomètre. Moi j’ai préféré une fois fixé pour n’avoir pas besoin de trois mains ou d’un outil d’immobilisation, de plus soit on doit séparer le faisceau pour avoir suffisamment de longueurs pour souder confortablement, soit on doit faire ça en l’air.

Vous noterez que l’on se trouve avec la grille de ventilation juste au-dessous. Moi je préfère prendre des précautions :

On n’est jamais à l’abri de brins de cuivre, de bouts de soudure qui tombent, au mieux on le voit et plus qu’à démonter l’alim au pire on grille l’alim. Après il y a toujours des chanceux ou des gens qui ne laissent rien tomber 😊.

On coupe au raz des cosses, on dénude (5mm suffisent) et on étame les trois fils.

Ne pas oublier de passer des bouts (3 cm environ) de gaine thermorétractable sur chaque câble.

On peut souder dans l’ordre du panneau vers le fond :

  • Broche 1 : Vert (Max)
  • Broche 3 (celle du milieu) : Noir (0)
  • Broche 2 : Blanc (curseur)

Nota : Attention ce brochage est celui de mon potentiomètre, vérifiez le votre. En principe le brochage est gravé dessus, mais vous pouvez aussi le trouver avec un ohmmètre.

Soudures froides on recouvre avec les gaines et on fait la rétraction à chaud.

Faites quelques tests.

Conclusion

C’est fini, vous pouvez profiter d’un réglage fin et mémorisable de votre intensité.

Toutes les indications données concernent ma machine, c’est important notamment en ce qui concerne les couleurs du câblage. Connaissant nos amis chinois, ils peuvent très bien prendre d’autres couleurs en fonction des disponibilités.

After Content
0 0 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
After Post Content