Energie, sobriété, idéologie…

On voit dans nos problèmes actuels le prix à payer des idéologies avec d’une part celle de certains (une grande majorité) écolos pour qui le nucléaire c’est le mal un point c’est tout et de l’autre celle du capitalisme avec du fric toute de suite, les prochains se démerderont.
Si on regarde les choses avec une approche rationnelle (zététique ?) on aurait pu voir depuis longtemps que d’un côté on ne pouvait pas continuer avec de l’énergie carbonée, une mondialisation génératrice de dépenses (gaspillages) énergétiques et un culte du max de fric tout de suite. De l’autre une source d’énergie sure (à condition d’être dans des mains non obsédées par la rentabilité mais guidées par la sécurité). Bien sure que cette énergie n’est pas idéale et il faut investir massivement dans la recherche mais quand je vois qu’une centrale photovoltaïque est en projet dans les landes sur 3 000 hectares et pour moins de production qu’une petite tranche nucléaire même pas EPR et ce dans les contions idéales je ne suis pas sur que la solution soit (uniquement) là.
En France (même si le procédé de nos centrales actuelles est américain) nous avions une formidable expertise dans ce domaine du nucléaire, de grands industriels, un producteur à qui le monopole permettait d’avoir un personnel performant et nombreux ayant une connaissance réelle du terrain. Maintenant on ne trouve même plus de soudeurs ultra qualifiés (ils sont partis en majorité dans l’industrie pétrolière et gazière) d’où d’ailleurs une partie des problèmes de l’EPR de Flamanville.
Il fait changer de cap, cela mettra longtemps, hélas, pour voir les résultats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.